Revue thématique de l’été : Crises au Moyen-Orient

Cet été, Ondes de choc vous propose de revenir sur les sujets ayant fait l’actualité de cette saison 2015-2016 et sur les grands thèmes abordé par le site.

Avec plusieurs guerres toujours en cours, faisant intervenir Etats limitrophes et puissances régionales, force est de constater que la région du Moyen-Orient est en crise. Ses acteurs sont pourtant plus complexes qu’il ne pourrait sembler au premier abord et leur rapport au conflit est varié. Turquie, Syrie, Iran, Arabie Saoudite mais aussi Russie, France et Etats-Unis… ce sont tous ces pays que vous pouvez retrouver dans les articles qu’Ondes de choc a consacré au Moyen-Orient.


Le 10 octobre 2015, moins de trois mois après l’attaque terroriste de Suruç, la Turquie est frappée par un nouvel attentat. Avec plus d’une centaine de morts, l’attentat d’Ankara est le plus grave ayant jamais touché la Turquie dans son histoire moderne. A 20 jours des élections anticipées du 1er novembre, cet attentat souligne surtout le climat de tension extrême et d’instabilité dans lequel est plongé le pays : crise politique, crise sociale, remous économiques et politique étrangère décriée. Ce déchainement de violence n’est pas alors sans rappeler celui des années 1970.


En novembre 2015, un bombardier russe Su-24 était abattu par un chasseur F-16, alors qu’il pénétrait dans l’espace aérien turc. L’ampleur de cet événement est encore palpable en 2016, alors que Moscou applique des mesures économiques restrictives vis-à-vis de son voisin. L’occasion se prête donc à faire le point sur ces deux grandes puissances qui se disputent des influences régionales : quels sont les enjeux de cette crispation des relations, ou encore quel rôle doit jouer la communauté internationale ?


L’intervention russe en Syrie est venue inverser la dynamique du conflit. Après plusieurs mois difficiles où l’armée syrienne a accumulé les revers notamment dans le nord-ouest du pays, les forces loyalistes ont repris l’avantage. Sous couvert de frapper en priorité les groupes salafistes et djihadistes affiliés à Al-Nosra et Daesh, l’engagement de Moscou est progressivement passé d’une assistance vitale mais discrète au régime à un engagement agressif et frontal aux côtés de l’armée loyaliste et des milices chiites fidèles au régime.


L’intervention de la Russie est venue compenser les faiblesses structurelles de l’armée syrienne. A l’heure du retrait des troupes russes, reste que les forces gouvernementales n’ont plus les effectifs pour contrôler les 30% du territoire national encore sous l’autorité de Bachar el-Assad. La présence pourtant de plus en plus marquée de milices chiites irakiennes, afghanes ou pakistanaises encadrées par la force Al-Quods iranienne et le Hezbollah libanais ne permet plus de faire face aux groupes rebelles.


Le Moyen-Orient ne se présente pas sous une configuration bipolaire. Bien au contraire, cette région est le berceau d’un « millefeuille conflictuel », lieu de friction entre religions, nations, ethnies et classes sociales. Elle ne se définit pas par une communauté solidaire et intégratrice mais par une multitude de communautés excluantes. Comment ainsi espérer pouvoir être capable de gérer efficacement un phénomène de prolifération nucléaire en absence de « région transnationale formée d’Etats souverains dont les habitants entretiennent des attentes raisonnables de changement pacifique » ?


Pour traiter de la prolifération nucléaire au Moyen-Orient, il est primordial de commencer par définir précisément le périmètre des acteurs entrant légitimement dans l’analyse. En procédant méthodiquement et avec raison, il est alors possible d’écarter de prime abord certains Etats de l’étude.

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s