Défendre la Syrie de Bachar al-Assad : prochain objectif de Poutine ?

Alors que l’Ukraine n’a pas vécu dix jours sans incident militaire depuis très longtemps, un autre théâtre d’opération semble désormais s’imposer pour la Russie. En effet, depuis quelques semaines, les rumeurs d’une présence militaire russe en Syrie augmentent. On parle même de pilotes russes qui s’apprêteraient à réaliser des frappes contre l’organisation de l’État islamique (EI) et contre les groupes rebelles opposés au régime de Bachar al-Assad.

Le 22 août dernier, le site d’information Turkishnavy.net indiquait ainsi qu’un navire russe de classe Alligator avait franchi le détroit du Bosphore en direction de la Méditerranée. Le navire, identifié depuis comme le navire de débarquement Nikolai Filchenkov appartenant à la flotte russe de la mer noire, transportait du matériel militaire. Or, le même type de matériel a été récemment aperçu dans la province de Lattaquié, lieu de naissance et bastion de l’actuel président syrien qui connaît actuellement une forte offensive des groupes islamistes. La chaîne télévisée d’opposition Syria Net parle même d’une base permanente à Lattaquié pour la flotte russe, cette dernière étant déjà présente à Tartous, plus au sud. Dès lors, on peut véritablement se demander si l’Ukraine n’est plus le seul théâtre d’opération pour la Russie.

Lorsque le conflit a commencé en 2011, la Russie a tout de suite manifesté son soutien au régime de Bachar-al-Assad, son allié de longue date. Ce soutien s’est traduit par l’envoi rapide d’un nombre considérable d’armes et de « spécialistes » sur place. En octobre 2014, les forces rebelles de l’Armée Syrienne Libre ont notamment capturé un centre d’écoute et de communications russo-syrien, qui se situait sur la frontière entre la Syrie et Israël, ainsi que des citoyens russes dont on soupçonne fortement les liens avec la Direction générale des renseignements (GRU) de l’État-Major des forces armées de la Fédération de Russie, le service de renseignement militaire russe.

Les officiels russes n’ont d’ailleurs jamais nié l’envoi d’armes en Syrie, ni la présence de leurs experts, qui entraînent l’armée du régime Assad. Cependant, l’affaire prend une nouvelle ampleur en novembre 2013 quand le journal de Saint-Pétersbourg Fontanka publie une interview d’un mercenaire du « Corps Slave ». Cet homme, appartenant au bataillon d’environ 300 personnes, déclare avoir protégé des puits de pétrole en Syrie. Ce témoignage laisse alors penser que la présence militaire russe en Syrie pourrait aller au-delà du soutien habituel en armes et en experts militaires.

La Russie apparaît donc engagée dans une opération de sauvetage du régime de Damas. La présence militaire russe à Lattaquié pourrait avoir pour objectif la défense de cette région stratégiquement importante. La Russie pourrait ainsi prendre la tête de la lutte armée contre l’EI, alors même que la France semble en train d’envisager l’éventualité d’une intervention aérienne contre le groupe terroriste. Contrairement aux pays occidentaux, le président Poutine dispose quant à lui d’une liberté de manœuvre plus importante sur la question syrienne. Il n’est pas retenu par un quelconque parlement qui lui serait hostile ou par une opinion publique internationale.

Or, le conflit syrien prend ce tournant juste avant la prochaine session plénière de l’Assemblée générale des Nations unies, prévue pour le 15 septembre 2015. Le président russe Vladimir Poutine avait déjà déclaré qu’il serait présent à cette assemblée pour donner un grand discours. Lors des négociations qui auront certainement lieu sur place, il pourrait donc proposer un échange : la destruction de l’EI par ses soins en échange de concessions occidentales sur la question ukrainienne.

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s