Burundi : Pierre Nkurunziza obtient l’autorisation de présenter sa candidature aux élections présidentielles

Pierre Nkurunziza, le président du Burundi depuis 2005, a obtenu, ce mardi 5 mai 2015, le feu vert de la Cour Constitutionnelle pour se représenter à l’élection présidentielle qui se tiendra dans le pays le 26 juin prochain.

Après avoir été élu une première fois en 2005 puis réélu en 2010, ce président atypique, fervent évangéliste, pourra ainsi briguer un troisième mandat et cela en dépit de la limite imposée par la loi. La Communauté Internationale à travers de la voix des Etats-Unis, de l’Union Africaine et de l’Union Européenne, avait pourtant tenté de l’en dissuader. En vain, son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD), a officialisé sa candidature la semaine dernière. Depuis sa désignation la contestation enfle et ses opposants manifestent en nombre dans la capitale du Burundi, Bujumbura.

Selon les opposants, la candidature de Pierre Nkurunziza est contraire à la Constitution nationale et à l’accord d’Arusha- accord de paix signé en Tanzanie, le 28 août 2000, sous l’égide de Nelson Mandela et qui a ouvert la voie à la fin de la guerre civile burundaise (1993-2006). En effet, ces deux textes stipulent que le nombre de mandats présidentiels se limite à deux par individu. Toutefois, les partisans du chef de l’État burundais justifient sa candidature en affirmant que le premier mandat du président Nkurunziza n’entre pas dans le champ de l’article 96 de la loi fondamentale (Constitution adoptée en 2005). Cet article prévoit l’élection au suffrage direct, or, Nkurunziza a, selon eux, été élu en 2005 en tant que président de l’après-transition au titre d’un article transitoire devant le parlement. La semaine dernière, Sylvère Nimpagaritse, le vice-président de la Cour constitutionnelle avait refusé, en dépit des pressions et autres menaces de mort, de donner son feu vert au président en place, jugeant cette décision anticonstitutionnelle. Il a, depuis, dû fuir le pays.

Le « Collectif contre un troisième mandat « , composé d’un millier d’associations de la société civile et des deux centrales syndicales du pays, avait de son côté exhorté le président de renoncer à son projet de troisième mandat avant lundi sous peine de voir les manifestations perdurer. Depuis la semaine dernière, les confrontations entre policiers et manifestants se sont intensifiées au cœur de la capitale burundaise faisant, en seulement neuf jours, treize morts et de nombreux blessés. Cette mobilisation sans précédent a été interdite puis violemment réprimée par les autorités gouvernementales selon lesquelles les manifestants sont des « ennemis du pays ». Jusqu’ici, près de 600 personnes ont été interpellées par la police dans différents quartiers de la capitale. L’armée, jugée comme une force neutre entre les policiers et les émeutiers, intervient régulièrement pour tenter d’apaiser la situation et éviter l’embrasement du pays. Elle est fortement plébiscitée par la population qui considère qu’elle est la seule à pouvoir correctement la protéger d’une répression violente.

Face à la multiplication des violences, les Burundais fuient en masse leur pays et sont de plus en plus nombreux, depuis début avril, à franchir la frontière avec le Rwanda. Selon le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), ils seraient ainsi plus de 24 000 à être venus se réfugier au Rwanda, le pays ayant une composition ethnique similaire et 7000 autres auraient déjà rejoint la République démocratique du Congo. Les réfugiés auraient confiés avoir été intimidés et menacés en raison de leur appartenance à l’opposition. Face à ce flux massif de population burundaise, l’inquiétude grandit au Rwanda où la ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, appelle « les dirigeants du Burundi à faire tout ce qui est en leur possible pour ramener le calme dans le pays ».

Publicités

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s